Pour Hugo Weiss, tout se joue maintenant

Hugo Weiss est considéré comme un coureur doué. Il a déjà beaucoup gagné en cross-country mais son récent passage en U23 est le véritable test qui lui permettra de comprendre où il peut arriver. Nous en avons parlé directement avec lui.

Vous n'avez pas le temps de lire? Vous pouvez simplement écouter l'interview en cliquant sur notre podcast ci-dessous. Pour recevoir nos interviews chaque semaine, abonnez-vous à Top Cyclisme sur Deezer, iTunes, Soundcloud, GooglePlay ou Spotify.

Hugo, comment es-tu arrivé au VTT?

J’ai 19 ans, je fais du vélo depuis que j’en ai 10. J’ai commencé le cyclisme par hasard, j’en faisais avec des amis au départ et puis j’ai immédiatement attaqué la compétition.

Tu as été tenté par le cyclisme sur route?

Non, j’ai mis du temps à aimer aller m’entraîner sur la route. Aujourd’hui c’est une grosse partie de ma préparation et j’aime enfin ça. Mais je reste vététiste.

Comment te définis-tu: coureur physique, technique, les deux?

Je suis plus technique que physique je pense. J’ai toujours eu du mal physiquement alors que techniquement c’est toujours bien passé. J’ai fait 7 Trophées de France, j’en ai gagné 4.

Tu as l’avantage d’être très jeune, comment vis-tu ton arrivée dans la catégorie U23? Tu as beaucoup gagné dans les catégories inférieures, ce ne doit pas être facile de se remettre en question.

C’est un grand pas effectivement, mais c’est le même pour tous. Je m’entraîne dur, je sais que la forme va arriver après un début de saison difficile. Je me prépare au mieux pour les Coupes de France qui arrivent.

Qu’est-ce que tu as changé dans ton entraînement pour être compétitif à ce niveau?

Je fais plus d’heures par semaine, des intensités différentes. Il n’y a pas de grosses différences avec ce que je faisais en juniors et cadets mais la masse de travail est plus conséquente.

Combien d’heures environ?

Entre 10 et 15 heures par semaine. Je ne suis pas un grand borneur. J’aime bien m’appliquer sur mes intensités, bien faire mes petites séances. Je travaille avec un coach.

Comment as-tu vécu ce moment où tu as beaucoup gagné, où tout le monde t’admire, où les louanges arrivent sur les réseaux sociaux…Tu as gardé la tête froide?

Devenir pro est un rêve pour tout le monde mais je ne me suis jamais pris pour un autre. Quand on gagne jeune ça ne veut rien dire. C’est maintenant, les années Espoirs et Elites qui montreront si je suis un bon coureur ou pas. Je m’entraîne dur et j’essaie d’aller le plus haut possible.

Tu es plus XCO ou XCE?

Je préfère le XCO. Le format du XCE me plaît bien mais ça reste aléatoire à mon goût, ça se joue un peu trop sur des détails. Je changerai peut-être d’avis un jour parce que ce sport est promis à un bel avenir. Pour l’heure, je reste plus XCO.

Tu côtoies Lorenzo Serres, qu’est-ce qui t’impressionnes chez lui?

Je connais Lorenzo depuis que je fais du vélo. J’étais dans le club dès mes débuts, c’est un bon ami, on se voit plusieurs fois par semaine.

Je suis impressionné par le niveau qu’il a atteint, il a accroché des podiums en Coupe du monde sans vraiment bien se préparer, juste en roulant comme un coureur XCO.

Il s’est trouvé une discipline et je lui souhaite d’arriver le plus haut possible. Il en a largement les capacités.

Comment te sens-tu dans cette équipe Monkey’s Sauce?

Super bien. L’ambiance est cool. Je suis avec Jérémy Serres, le team manager, depuis le début. On a de nouveaux sponsors mais de bons sponsors, je suis très content de mon vélo et de mes équipements, nous sommes dans les meilleures conditions pour courir.

On te souhaite évidemment de devenir pro mais quel est ton plan B?

Il faut toujours penser à la possibilité d’entrer dans la vie active. Pour le moment je suis en cours de STAPS à Montpellier. Je suis en train de m’inscrire dans une école de kinésithérapie en Espagne et j’espère que j’y serai l’année prochaine.

Quelles sont tes autres passions?

Je regarde la télé, je joue aux jeux vidéos, je passe voir mes amis, je n’ai pas de passion particulière. J’aime beaucoup le sport, je suis capable de le regarder à la télévision pendant des heures. Je me fatigue beaucoup sur le vélo, alors j’aime me poser devant mon ordi et me relaxer.

Séries? Non. Ciné? Pas souvent. Musique? J’écoute de tout, surtout sur le vélo, j’aime bien le rap américain.

Quels pneus Continental as-tu monté sur ton vélo?

En ce moment je suis en double Race King. La dernière Coupe de France était très roulante et j’ai tenté cette option (avant je roulais avec un Cross King devant). Il y a un rendement de fou. On peut baisser un peu la pression si on veut un peu plus de grip devant. En XCE par contre je garde un Cross King à l’avant.

Avec Conti tu as toujours un pneu adapté quelles que soient les conditions météo. Je roule avec cette marque depuis longtemps et je ne m’en lasse pas.

Quelle est la caractéristique des pneus Continental que tu apprécies le plus?

Il y a un peu de tout. On ne crève vraiment pas souvent, on met du sealant dans les pneus et c’est quasiment impossible de crever, il faut vraiment le vouloir. Le grip, quand tu en veux, il y en a, quand ça roule vraiment il y a beaucoup de rendement. La gamme Conti est simplement parfaite!

On vient de dépasser la mi-juin, quels résultats te permettraient de dire « j’ai fait une bonne saison »?

A Marseille j’étais dans le top 20 avant d’avoir des problèmes techniques sur le vélo...ça m’arrive une fois dans l’année. Un petit top 15 en Coupe de France me ferait vraiment plaisir et découvrir les Coupes du monde aussi. Je ne me mets pas la pression, je découvre et je m’amuse, c’est le principal.

PS: Merci d'avoir pris le temps de lire cet article. Partagez-le avec vos amis, ça compte pour nous, merci ;)

 ARTICLES RECENTS
  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Guyonneau Distribution France