Préparer son vélo pour les pavés de Paris-Roubaix.

15.04.2019

 

Guillaume Bouveret, responsable du Service Course de l’équipe française Groupama-FDJ a 18 d’expérience dans le monde pro.

 

 

 

Il revient dans cet entretien sur les préparatifs et le déroulement de ce Paris-Roubaix 2019, donnant au passage des petites astuces bien utiles pour tous les cyclistes.

 

Guillaume, d’un point de vue mécanique, comment s’est passé Paris-Roubaix 2019 pour le team Groupama-FDJ?

 

Très bien. On n’a pas eu de gros soucis et pour nous, les mécaniciens, c'est un succès. Deux crevaisons seulement sur Paris-Roubaix avec 7 coureurs, c’est un excellent résultat.

 

Au niveau matériel, quelles sont les petites astuces d’un mécanicien pro le jour de Paris-Roubaix? Quels sont les changements par rapports aux autres courses du calendrier?

 

Déjà, nous avons des vélos spécifiques pour L’Enfer du Nord, avec un élastomère intégré au cadre pour amortir un petit peu.

 

Les tiges de selle, selles et cintres sont en aluminium alors que d’habitude c’est du carbone. L’aluminium est plus flexible et amortit davantage les vibrations. Il y a moins de risque de casse aussi.

 

 

"NOUS PREPARONS PLUS D' UNE CENTAINE DE BOYAUX POUR PARIS-ROUBAIX"

 

 

On installe également des porte-bidons en alu de chez Elite, ceux des années 90 avec des coussinets en gomme qui retiennent les bidons.

 

On met du gel sous la guidoline pour amortir ou bien deux guidolines l’une sur l’autre, selon le choix du coureur.

 

Tous les coureurs sont partis avec les mêmes boyaux?

 

Absolument. Tous étaient équipés de boyaux Compétition Continental RBX en section 28mm. Sur les autres classiques on utilise du 25mm. Les pavés de Paris-Roubaix sont plus durs et disjoints que sur le Tour des Flandres par exemple.

 

 

Vous passez donc une commande spéciale chez Continental pour Roubaix chaque année?

 

Exactement. Nous recevons une centaine de boyaux pour cette course. Il faut savoir que 60 paires de roues sont préparées spécialement pour cette journée. Il y a le vélo du coureur et deux vélos de rechange pour chacun, plus toutes les roues prêtes en cas de crevaison.

 

Le boyau se monte de la même façon pour cette course?

 

Oui, rien ne change au niveau du collage. On essaie de préparer les roues plusieurs jours à l’avance, notamment pour les reconnaissances, mais parfois on monte certains boyaux la veille. 

 

Vous avez un tuyau pour bien monter un boyau?

 

Quand on a pas trop le temps on les monte directement sinon on les monte sur des jantes nues pour qu’ils se détendent un petit peu avant le collage.

 

 

 

La pression est un petit secret personnel de chaque coureur mais vous pouvez nous donner quelques infos générales?

 

Chaque coureur a sa pression effectivement. Sans révéler leurs secrets, disons qu’on gonfle entre 4 et 5 bars alors que sur une course normale on est à 7.5 bars.

 

Les commentateurs de France Télévisions ont dit au cours du direct que les boyaux « perdaient » un peu au fil de la course, est-ce le cas des boyaux Continental?

 

Pas du tout! Nous l’avons encore vérifié ce matin avec les roues d'Arnaud Démare. Elles étaient exactement à la pression du départ. Avant d’être équipés par Conti on avait ce problème mais ce c’est plus le cas.

 

 

Que deviennent les boyaux qui ont survécu à Paris-Roubaix?

 

Ils vont être réutilisés pour le Tro Bro Léon la semaine prochaine, des coureurs vont peut-être choisir du 25 ou du 28. Les autres serviront pour l’année prochaine.

 

Avec votre longue expérience dans le milieu pro, avez-vous noté une évolution des boyaux depuis vos débuts ?

 

J’avais utilisé Continental à l’époque du Crédit Agricole quand j’ai débuté. J’ai remarqué qu’aujourd’hui ils sont un peu plus souples tout en conservant leurs caractéristiques de protection sur la bande de roulement. C'est encore mieux!

 

 

 

 

Facebook
Twitter
Please reload

 ARTICLES RECENTS
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Guyonneau Distribution France