Nicolas Luque, l'expert du VTT trial.

05.05.2019

 

Nicolas Luque, un nom et un prénom bien connus dans le monde du VTT trial. Nicolas a commencé très jeune, décrochant un titre de champion de France en 2007.

 

A 34 ans il est toujours sur les zones pour le plaisir, sur les pistes de descente et d’enduro de temps en temps, mais il se consacre surtout aux shows qu’il organise un peu partout en France.

 

Vous n’avez pas le temps de lire? Vous pouvez simplement écouter l’interview en cliquant sur la bande-son ci-dessous. Pour recevoir notre podcast chaque semaine sur votre téléphone portable, abonnez-vous à Top Cyclisme sur Deezer, iTunes, GooglePlay, Spotify ou Soundcloud.

 

 

 

Nicolas, tu peux te présenter pour les gens qui ne te connaissent pas encore…

 

Moi c’est Nico Luque. J’ai 34 ans. Je suis un grand passionné de VTT. Gamin j’ai débuté avec le VTT trial.  Mon père, qui faisait de la moto trial, m’a initié à la discipline. Maintenant je fais aussi un peu d’enduro et de descente parce que j’aime la vitesse.

 

 

Qu’est-ce qui t’a plu dans le VTT trial? Quand on est enfant il y a tant de sports à essayer…

 

C’est le dépassement de soi, progresser, monter de plus en plus haut, se défier avec les copains. C’est un super sport à pratiquer. 

 

Le grand public ignore l’importance de la préparation physique pour le trial. Tu peux nous dire, dans une semaine-type, le temps que tu y consacres?

 

Plusieurs heures par semaines. On peut travailler la pliométrie, le travail de la détente, l’endurance à VTT. Deux heures de musculation tous les 2-3 jours avec du VTT 2 ou 3 fois par semaine pour garder la caisse: le trial demande aussi de l’endurance. En somme, muscu plus roulage.

 

 

 

Tu as gagné des compétitions dès l’âge de 7 ans.

 

Oui, j’ai débuté très tôt et j’ai accroché à la compétition. La première année j’ai fait 3ème en pupilles. L’année suivante j’ai immédiatement été champion de France dans ma catégorie, et je n’ai plus arrêté.

 

 

 

Quel regard portes-tu sur l’évolution de ton sport?

 

Les vélos ont énormément évolué. Les cadres sont devenus plus légers, plus rigides, les géométries ont changé aussi. Tout cela a contribué à notre progression, on monte de plus en plus haut d’année en année. Le niveau ne cesse de s'élever.

 

Est-on arrivé au sommet de ce qui est humainement possible ou reste-t-il une marge de progression?

 

Très bonne question…chaque année je me dis que « ça va bloquer » mais l’évolution des techniques permet de toujours aller plus loin. Je pense qu’on va continuer de progresser dans les prochaines années.

 

Comment, selon toi, se comportent les athlètes français sur la scène internationale?

 

Les Français ont toujours été en haut des podiums en trial. En France on peut compter sur de magnifiques terrains naturels pour s'entraîner dans les Alpes et les Pyrénées.

 

Beaucoup arrivent à un bon niveau, il y a une émulation collective, ça fait monter le niveau général. Aux championnats du monde, nous sommes souvent sur la première marche.

 

 

Quels sont tes objectifs en 2019?

 

Personnellement j’ai bien donné pendant toutes ces années, je laisse la place aux « jeunes », je me consacre désormais aux démonstrations, aux shows de trial. J’ai une structure avec laquelle je parcours toute la France. On essaie de faire plaisir au public en leur montrant tout ce que l’on peut faire avec un vélo trial.

 


"Les pneus Continental c'était la révolution dans le trial!" 

 

 

Ces spectacles ont le vent en poupe, pourquoi, à ton avis, les mairies vous contactent ?

 

Le trial n’est pas un sport médiatisé. On le voit peu ou pas à la télévision. Les gens n’ont donc pas l’habitude de ce type de spectacle.

 

Ils sont vraiment impressionnés de voir ce que l’on peut faire sans moteur ni suspensions. Les gens apprécient, ils participent beaucoup et ce genre de show interactif fonctionne vraiment bien.

 

 

On a la sensation qu’il existe une « culture trial » tout comme il existe une « culture hip-hop ». Peut-on entrer dans ce milieu si on ne suit pas les codes et les modes vestimentaires par exemple?

 

La première chose pour se lancer dans le trial, c’est d’avoir la passion de la discipline. Il est vrai que les très bons, ceux qui sont au sommet des podiums, lancent des modes au niveau de l’équipement, mais chacun peut venir tel qu’il est, avec l’envie de se faire plaisir et de partager cette passion et de progresser.

 

 

Tu utilises les pneus Continental, quel est ton choix?

 

J’ai monté les Mountain King en 2.3. Ils ont un très bon ballon, je recherche surtout du rebond. Sur les démos ou en zone c’est vraiment exceptionnel, on a un super rebond et une super accroche.

 

Cela m’aide à franchir les obstacles. Je l’ai essayé il y a pas longtemps sur un show trial, je retrouve des sensations que j’avais il y a quelques années, c’est appréciable.

 

A combien gonfles-tu pour un spectacle?

 

Autour de 1 bar. On est assez sous-gonflés pour avoir un meilleur grip et un super rebond. On est autour de 1.2 ou 1.4, ça dépend du terrain.

 

 

 

Tu as roulé avec d’autres marques dans ta carrière, qu’est-ce qui, selon toi, distingue Continental des autres?

 

J’ai découvert Continental il y a une dizaine d’années quand des riders allemands étaient venus sur notre terrain d’entraînement.

 

Ils roulaient avec ça, à l’époque cela s’appelait Rubber Queen. J’avais été frappé par la légèreté des pneus. En trial le poids c’est fondamental, on cherche à grappiller le moindre gramme.

 

Et puis quel rebond! Nous on franchit les obstacles à l’arrêt, on a besoin d’une bonne extension et ces pneus étaient une véritable révolution dans le trial comparés aux Maxxis par exemple, qui étaient rigides et ne transmettaient pas le rebond au pilote. J’avais pris du niveau grâce à ces pneus très clairement.

 

Pour terminer, si on t’invite à déjeuner, quel petit plat te ferait plaisir?

 

Mon plat préféré c’est poulet rôti, avec pommes de terre au four!

 

PS: vous pouvez suivre Nicolas Luque sur Facebook ou Instagram.

 

 

 

 

Facebook
Twitter
Please reload

 ARTICLES RECENTS
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Guyonneau Distribution France