Morgane Such revient après une grave blessure.

16.05.2019

Comment revenir d’une lourde blessure et surtout avec quels objectifs? On en parle avec Morgane Such qui effectue son come-back après 7 mois d’arrêt. Elle évoque aussi sa vision du VTT pour les prochaines années en tant que salariée d’une grande marque de cycles.

 

 

Vous n’avez pas le temps d’écouter? Vous pouvez simplement cliquer sur la bande-son ci-dessous. Pour recevoir nos interviews chaque semaine directement sur votre smartphone il suffit de vous abonner au podcast Top Cyclisme disponible sur iTunes, Deezer, GooglePlay, Spotify et Soundcloud.

 

 

Morgane, que s’est-il passé exactement?

 

Nous étions en fin de saison 2018. Je passais la journée sur un Bike-Park à Digne-les-Bains. J’ai mal atterri après un saut, mon pied et ma jambe ont vrillé.

 

J’ai eu une grosse luxation du pied, l’explosion de plusieurs os de ce même pied, et un arrachement osseux des croisés antérieurs…

 

Tu as passé combien de temps à l’hôpital?

 

On m’a emmené immédiatement à Digne où j’ai été opérée d’urgence avec un chirurgien de garde. Hélas, cela n’a pas été une grande réussite, alors on m’a vite transférée chez un spécialiste à Marseille. Au total, 4 jours à l’hôpital, mais j’ai été arrêtée 7 mois. Très long…

 

 

Des mois d’arrêt durs à supporter pour une fille dynamique comme toi. Tu as profité de ce temps « libre » pour faire quoi?

 

Honnêtement, cela a été l’un des pires moments de ces dernières années pour moi. Cela s’est produit à un moment où je voulais un peu prouver des choses. A côté du sport ça n’allait pas fort non plus. 

 

J’étais tout le temps toute seule, je ne pouvais pas rouler, je ne pouvais pas voir mes amis parce que j’étais en béquille et au début en fauteuil roulant.

 

J’ai essayé de me concentrer sur le travail, essayer de construire mon futur professionnel mais je gambergeais: « Vais-je encore avoir des sponsors l’an prochain? Est-ce que je vais réussir à remonter sur le vélo sans avoir peur? »

 

Clairement, même aujourd’hui, cela fait 2 mois que je roule mais j’ai encore mal au pied. Je ne peux pas m’attendre à faire grand chose en compétition sans l’entraînement hivernal de toute façon.

 

On dit souvent qu’il y a un "avant et un après" chute. Comment dès-lors envisages-tu ton avenir sportif? Prête à reprendre les mêmes risques?

 

Les chutes ça arrive tout le temps chez les sportifs, après c’est une question de blocage dans la tête ou non. Savoir si j’ai peur de retomber ou non…

 

Dans le sport, si on a peur de faire les choses on ne fait pas grand chose et on évolue jamais. C’est une question psychologique, point.

 

Je vais continuer à rouler, je me suis inscrite sur pas mal d’épreuves cette année, surtout des courses « fun », que j’ai toujours aimé faire.

 

Je travaille aussi désormais, j’arrive à bosser et rouler. Quand la saison va commencer, je vais voir comment ça se passe mais je pense que ça va revenir assez vite. Bien sûr il me faudra du temps avant de reprendre des risques, mais je sens que ça va revenir petit à petit.

 

Tu as déjà montré de quoi tu étais capable Morgane, est-ce nécessaire de continuer de prouver aux autres certaines choses pour exister?

 

J’ai peut-être prouvé certaines choses à certaines personnes mais clairement je n’ai pas fait ce que j’aurais aimé faire dans ma carrière de vélo. Pendant un moment je voulais évoluer à haut niveau mais j’ai toujours eu des pépins physiques.

 

Je suis une grande paresseuse à l’entraînement. Je ne me suis jamais poussée au-delà de mes limites. A chaque fois que j’ai gagné une course ou que j’ai été devant c’est grâce à mon aisance naturelle et au talent.

 

Franchement j’ai des regrets. Des fois je me dis: « Si j’avais eu un mental de grande athlète j’aurais pu faire mieux. Enfin, peut-être… » 

 

En tout cas tu as déjà obtenu un succès médiatique, tu es très suivie sur les réseaux. Ta communauté a été proche pendant ta convalescence? 

 

Oui! Beaucoup de gens me demandaient régulièrement comment j’allais. Certains m’ont donné des conseils pour les kinésithérapeutes à consulter. Aujourd’hui j’ai un problème avec une douleur-fantôme au pied due au traumatisme de la chute.

 

Je ne suis pas totalement guérie, cette douleur m’empêche de bien rouler avec pédales automatiques. J’ai des douleurs même quand je marche parfois pendant la journée.

 

 

 

Tu as changé de travail. Tu es désormais à 100% dans le monde du VTT.

 

J’ai terminé mes études il y a 2 ans. L’année après le diplôme je n’ai fait que du vélo pendant un an. En 2018, j’ai commencé à rouler pour la marque Marin. J’étais la première pilote française et je leur ai proposé de développer le business ici. Pour l’instant ça démarre bien. Je travaille pour la marque pour laquelle je roule.

 

Où te vois-tu dans 5 ou 10 ans?

 

Je vais continuer à rouler, en participant à 2 ou 3 belles compétitions dans l’année. J’aimerais vraiment trouver le temps de faire plus de choses médiatiques, des vidéos pour les réseaux sociaux. J’ai 25 ans, d’ici 5 ou 10 ans je serai plus côté travail, bien représenter les marques qui me font confiance. A un moment il faut faire des choix et je les ferai.

 

Comment suis-tu le monde du VTT?

 

Depuis que je travaille j’ai un peu élargi les sports que je suis mais avant je me concentrais à 100% le VTT. Je suis pas mal d’athlètes sur les réseaux sociaux. Grâce à Facebook je suis des magazines qui partagent des news ou des nouveautés. Pour le côté pro je suis abonné à un magazine B2B qui parle de ce qui se passe sur le monde du vélo en France.

 

 

Comment vois-tu l’évolution des vélos dans les prochaines années? Comment un VTT peut-il encore évoluer pour apporter davantage encore au pilote?

 

Ce n’est pas facile de répondre. Les choses évoluent très vite. Quand les gens ont vu un iPhone apparaître on disait que c’était la révolution mais finalement ses capacités étaient très limitées par rapport à ceux qu’on a aujourd’hui. 

 

Il ne faut pas se mentir, je pense que 99% des vélos sont de bons vélos. Ce sont les ingénieurs et les product-managers qui pourraient innover en sortant quelque chose de surprenant.

 

Par exemple, chez Marin on a un système de suspension, bizarre au premier abord, mais qui vraiment fonctionne bien et qui ne s’est encore jamais vu sur un autre vélo.

 

Après, ça peut mettre du temps pour rentrer dans la tête des gens et qu’ils aient confiance. On verra, dans 10 ans les vélos auront peut-être une allure différente, sans chaîne…je ne sais pas. Le monde des vélos électriques va aussi évoluer quand on réussira à faire des batteries qui tiendront dans la main.

 

As-tu remarqué une petite française qui monte et qui va marcher fort à VTT?

 

On parle beaucoup en descente de Marine Cabirou. Elle a gagné la première manche de coupe du monde de descente, très sympa.

 

En enduro, je n’ai pas côtoyé de « jeunes », il y a la petite Estelle Charles avec qui je roule depuis plusieurs années et qui marche de plus en plus. Elle devrait briller sur les coupes de France.

 

Il y a aussi une fille qui arrive dans l’enduro, Morgane Charre, ex-championne de DH, qui va marcher à coup sûr. 

 

 

Tu roules en Continental, quel est ton choix en ce moment?

 

Ces jours-ci je suis souvent en vadrouille avec mon vélo et je ne change pas forcément les pneus. Je suis en Baron Projekt devant et derrière. J’arrive à rouler en terrain mixte avec ce vélo. Si je vais dans des endroits plus rocheux je passe en Trail King

 

J’adapte souvent ma manière de rouler aux pneus que l’inverse. Hors-compétition je ne m’amuse pas à changer les pneus. Par contre sur une course j’étudie soigneusement le terrain et je choisis. Dans la gamme Continental il y a une large choix de pneumatiques pour toutes les conditions.

 

Le VTT représente une grande partie de ta vie, mais sinon qu’aimes-tu faire?

 

La fête ! J’ai un peu une double-vie, je fais beaucoup de vélo, je suis un peu casse-cou mais si on me croise dans la rue à Marseille on ne peut pas imaginer que je fais du vélo. La plupart de mes amis n’ont rien à voir avec le milieu du vélo et je passe beaucoup de temps avec eux. 

 

Je vais beaucoup à la mer, je fais du paddle, du kayak, je reste dans la nature, avec mes amis. Je me détends, au calme.

 

Vous pouvez suivre Morgane Such sur Instagram et Facebook.

 

 

 

 

Facebook
Twitter
Please reload

 ARTICLES RECENTS
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Guyonneau Distribution France