Ce qu'il faut savoir sur les freins à disque

24.02.2019

L'industrie du cycle a décidé de pousser le marché dans la direction des freins à disque. Après un essai infructueux il y a 3 ans, ils sont désormais présents dans le peloton professionnel et le monde amateur suit la tendance.

 

Toutefois, avant de quitter vos bons vieux freins à patins qui ne vous ont jamais abandonné au fil des ans, prenez le temps de lire cette interview de Christian Heule, 6 fois champion de Suisse de cyclo-cross et responsable commercial de la marque SwissStop, spécialiste mondial des patins et plaquettes pour freins.

 

 

Christian, pourquoi l’industrie du cycle a-t-elle décidé de se tourner massivement vers les freins à disque?

 

La première raison, c’est la performance. La seconde, c’est de créer de la demande pour renouveler le parc mondial des vélos. 

 

Comment SwissStop, dont les patins de freins ont une grande renommée, vit-elle ce changement d’époque?

 

Pour nous ce n’est pas un problème. Nous sommes déjà loin dans la recherche grâce à notre propre laboratoire de développement en Suisse où se trouve aussi la production des plaquettes ExoTherm2 et RS. 

 

Nous sommes constamment en train de développer de nouvelles gommes et la technologie ExoTherm2 et RS est avancée. Bien sûr, on peut toujours progresser, c’est d’ailleurs notre objectif pour les prochaines années.

 

Nous cherchons à gagner des parts de marché, notamment en transférant notre réputation et notre savoir-faire en matière de patins au secteur des plaquettes de disque.

 

Certaines rumeurs circulent. L’une d’elle veut que la production de patins cessera totalement d’ici quelques années. Est-ce vrai?

 

Non. Ils existeront encore pour de nombreuses années. Le marché des patins ne va pas s’effondrer totalement dans les 2 ou 10 prochaines années.

 

Il suffit de considérer la taille actuelle du marché des patins de frein au niveau mondial: pour le VTT c'est encore énorme malgré l’apparition des freins à disques! Il en sera de même pour les vélos de route. Le changement sera très progressif, tout le monde ne changera pas de système de freinage ou de vélo d’ici 5 ans.

 

Moi par exemple, je tiens à conserver l’un de mes vélos avec des patins de freins, juste pour le plaisir d’en avoir un!

 

 

"Je n'ai jamais eu le moindre problème de freinage avec des freins à patins"

 

 

Tu es un ancien coureur professionnel, tu as testé les 2 solutions. Le frein à disque est-il plus efficace qu’un frein à patins?

 

Je pense qu’il faut d’emblée faire une distinction. D’un côté il y a la puissance brute de freinage et de l’autre la force nécessaire à exercer avec la main pour obtenir un bon freinage. 

 

J’ai parcouru plus de 100 000 kilomètres avec des freins à patins ces dernières années et très franchement je n’ai jamais eu le moindre problème de freinage, ni avec des jantes aluminium ni avec celles en carbone.

 

Le gros avantage des freins à disques toutefois, c’est l’extrême facilité et le peu d’effort que demande le freinage à votre main ou à vos doigts.

 

L’ancien pro Eric Zabel, aujourd’hui coach chez Katusha-Alpecin, a récemment déclaré dans une interview que les freins à disque donnaient un léger avantage aux sprinters qui, avec la pointe du doigt, peuvent contrôler l’intensité de leur freinage, ce qui se traduit par un gain de quelques centièmes décisifs.

 

Oui, peut-être. Néanmoins, en compétition, je ne crois pas que ce soit vraiment un si gros avantage. Je pense plutôt à d’autres choses pour les passionnés de vélo.

 

Par exemple, on peut désormais investir dans une très belle paire de roues parce qu’on sait que la bande de freinage ne s’abîmera plus avec les disques et leur durée de vie sera nettement prolongée. On pourra probablement garder ces roues 10 ans !

 

Je le répète, en compétition, je ne vois pas vraiment l’avantage du frein à disque. J’en parle avec de bons coureurs suisses et nous sommes tous d’accord: c’est surtout la façon d’utiliser les freins qui change mais de là à parler de gain de temps, je ne pense pas.

 

 

"Les freins à disque sont aussi faciles à utiliser qu'ils sont difficiles à entretenir"

 

 

SwissStop travaille en étroite collaboration avec les teams professionnels, quels sont les premiers retours que vous avez de la part des mécaniciens?

 

Plus de boulot (sourire). La purge du liquide et les réglages prennent davantage de temps. Certes, il n’y a plus de travail sur les câbles, mais ça reste contraignant. Ils sont encore en phase d’apprentissage. 

 

Il y a beaucoup de mécaniciens qui avaient déjà de l’expérience avec les VTT. Pour les vélos de route avec freins à disque, le réglage des freins au standard Flat Mount est un peu plus difficile que sur les freins Post Mount.

 

On entend, ici et là, des coureurs se plaindre du couinement des disques. Quand il pleut, il fait sec ou quand il fait chaud…

 

Les coureurs sur route ont toujours été beaucoup plus attentifs aux bruits de leur vélo que les vététistes.

 

Le bruit peut provenir de la composition chimique de certains mélanges ou d’étranges vibrations du disque, de la roue, voire des deux.

 

Une troisième piste est la contamination des plaquettes par de l’huile ou de la graisse. Quoi qu’il en soit, mon expérience en tant que coureur et nos analyses chez SwissStop, montrent que la qualité du mélange est très souvent à l’origine du bruit.

 

Quelles plaquettes choisir entre celles frittées et organiques?

 

SwissStop n’investit plus dans les plaquettes en métal fritté et propose désormais des plaquettes organiques d’une qualité équivalente et qui plus est, encore plus résistante dans le temps.

 

Elles sont surtout plus silencieuses. Beaucoup de coureurs restent attachés aux plaquettes en métal fritté en raison de leur résistance à la chaleur, mais nous obtenons les mêmes résultats avec celles organiques aujourd’hui, comme nos modèles RS.

 

D’autres mesures à prendre pour éviter le couinement des freins à disque?

 

Tout d’abord, il faut commencer par faire un bon rodage des plaquettes selon une procédure établie par SwissStop qui comporte plusieurs étapes.

 

Les coureurs pensent rarement à bien nettoyer leurs disques avec un produit spécial; or la contamination des plaquettes vient souvent de là. Les routes sont sales et grasses, ne l’oublions pas. Personnellement, je nettoie toujours mes plaquettes avec un pistolet à air pour bien chasser toutes les impuretés et éviter l’oxydation du mélange.  

 

SwissStop vend son produit Disc Silencer en grande quantité dans certains pays et beaucoup moins dans d’autres, j’en déduis que la façon de nettoyer le vélo et le type de savon utilisé jouent aussi un rôle dans les couinements.

 

A titre personnel, j’utilise un nettoyant vélo classique pour le plateau, la chaîne et les pignons et du savon de cuisine pour le reste du vélo.

 

Je crois qu’on peut tout résumer en une phrase: les freins à disque sont aussi faciles à utiliser qu’ils sont difficiles à entretenir. 

 

 

 

 

 

 

Facebook
Twitter
Please reload

 ARTICLES RECENTS
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Guyonneau Distribution France