Coline Clauzure, une championne explosive et discrète

20.12.2018


Ne vous fiez pas à la voix suave et fluette de Coline Clauzure, une fois sur un vélo la Nancéienne explose ses adversaires avec un mental à toute épreuve. Nous avons eu le plaisir de l'interviewer pour en savoir plus sur son parcours.

 

 

Vous n'avez pas le temps de lire? Vous pouvez simplement écouter l'interview en cliquant sur la bande son ci-dessous.

 

 

Coline, présente-toi en quelques phrases pour les gens qui ne te connaissent pas encore.

 

Je suis en 3ème année de licence de psychologie. Mon idée est de devenir psychologue pour enfants. J’ai un concours en fin d’année pour accéder en Master. Je fais du vélo depuis que j’ai 5 ans. Mes grands-parents sont les présidents de mon club. Et, comme vous le savez, je viens de devenir championne du monde de XCE.

 

As-tu réellement été surprise par ton titre ou, en raison de tes bons résultats cette année, tu t’y attendais un peu?

 

J’ai vraiment été surprise même si j’avais clairement une possibilité de faire un podium après une super saison marquée par une belle progression en terme de résultats. 

 

Mais il s’agissait seulement de ma deuxième année en XCE à l’international or, dans cette discipline, il faut emmagasiner beaucoup d’expérience pour gérer les aléas et la pression. Je ne m’attendais donc pas spécialement à gagner. En franchissant la ligne d’arrivée je me suis dit: « Non? Moi je suis championne du monde? » 

 

 

Si on s’attarde sur les photos de tes victoires et de tes podiums, ou au départ des courses, on a la sensation que tu as une capacité de concentration très élevée et que peu de choses sont capables de te distraire. Vrai ou faux?

 

C’est peut-être vrai, mais c’est surtout ce que j’essaie de montrer aux adversaires: si elles voient que tu es sereine et pas stressée, ça les stresse davantage encore!

 

Maintenant, je ne suis pas du genre à trop stresser, ce n’est pas communicatif, je le garde pour moi. J’essaie de discuter avec le staff du club ou mes proches pour ne pas trop gamberger avant les courses et ça marche bien, donc je vais continuer.

 

Explique-nous quel a été ton parcours pour arriver au XCE.

 

Pendant un stage de l’équipe de France de XCO, on faisait des tests de technique, explosivité, montée, descente, et on a fait une simulation XCE. Les entraîneurs m’ont dit que j’avais un beau potentiel et que je devrais songer à m’aligner sur un XCE justement.

 

Sur ma première Coupe de France de XCE j’ai terminé 5ème parce qu’en finale j’ai déchaussé de la pédale au départ. A ma 2ème course, j’ai fait 2ème derrière Laura Charles à la photo finish.

 

 

 

Ton explosivité est remarquable pour ton gabarit, tes adversaires allemandes et suédoises sont pourtant beaucoup plus musculaires en apparence.

 

C’est vrai mais ce qui fait la différence, c’est le rapport poids/puissance. En XCE il faut surtout être explosive, prendre un excellent départ et ensuite fermer les portes comme on me l’a souvent expliqué…(sourire). Titouan me le répète toujours avant les courses, mais j’ai eu un peu de mal à m’y mettre. 

 

Ta sérénité sur le vélo est-elle due au fait que tu as par ailleurs une vie épanouie, avec déjà un métier en ligne de mire?

 

Je sais parfaitement que le sport, il est très difficile d’en faire sa vie, surtout à VTT et encore plus quand on est une fille. C’est compliqué en XCO, et à fortiori en XCE.

 

J’aime le vélo, ça pousse à aller au bout de ses limites, ça forge le caractère. A mon sens, le sport aide dans les études et les études aident dans le sport. 

 

Comment, concrètement, réussis-tu à combiner entraînement et études?

 

Je m’entraîne une dizaine d’heures par semaine. Le secret, c’est de bien planifier les semaines. Dès que j’ai une matinée ou un après-midi de libre dans mon emploi du temps, j’en profite pour aller rouler.

 

Je n'ai pas vraiment de temps de latence entre les entraînements et les cours. Il faut bien se concentrer sur les entraînements pour qu’ils soient productifs et inversement sur les cours pour les assimiler sans avoir la tête ailleurs.

 

Jamais fatiguée?

 

Je gère bien la fatigue. Si je suis fatiguée, j’écoute mon corps, je lève un peu le pied à l’entraînement. Il ne faut surtout pas forcer quand la fatigue s’installe.

 

 

A part le vélo, tu as une passion?

 

J’aime bien dessiner, j’aime tout ce qui est manuel. Je peux dessiner un proche, une fleur…

 

Quand on est championne du monde en titre, comment aborde-t-on la saison suivante?

 

Bonne question…je ne m’étais pas préparée à être championne du monde. Je vais pas mal discuter avec Titouan, c’est mon coéquipier et le double-champion du monde en titre.

 

Quand j’ai vu à quel point c’était stressant pour lui aux mondiaux cette année…il a passé la ligne complètement vidé, je me suis dit « c’est bizarre » parce que Titouan est la personne qui exprime le plus sa joie en franchissant une ligne d’arrivée et là je l’ai vu complètement éteint.

 

 

"Mon futur mari? Je ne lui demande pas d'être cycliste mais il devra comprendre

ma passion"

 

 

Le Team Focus est irrésistible, quel est le secret de cette équipe?

 

On est soudés comme jamais, il y a une cohésion hors normes, on est tous copains, on cherche à s’aider constamment, on rigole.

 

Dans beaucoup d’équipes ce n’est pas la même chose, les athlètes sont davantage isolés ou en compétition les uns avec les autres.

 

C’est la force du team, nous sommes 3 purs spécialistes en XCE et il y a une transmission d’expérience, Titou et Hugo me prennent sous leur aile, ils me donnent des conseils, me montrent les trajectoires. Je ne peux pas rêver mieux.

 

Techniquement, quels sont tes points forts et faibles?

 

Je pense être très forte sur les départs. J’ai été battue 3 fois seulement sur un start. Mais il ne faut se dire « je suis forte » et délaisser cet aspect, je continue de travailler ce point pour être encore plus forte.

 

Ma faiblesse, c’est le caractère, je suis encore trop gentille. J’ai progressé, je ferme davantage les portes, j’envoie plus de braquasse quand il le faut, mais je dois m’améliorer. 

 

 

Outre les cérémonies protocolaires, quelles sont les retombées concrètes de ton titre de championne du monde?

 

J’ai eu quelques contacts avec des sponsors mais je ne peux pas tout accepter parce que les sponsors du team, qui nous aident au fil de la saison, ont la priorité. J’ai reçu beaucoup de messages, d’appels et les médias ont écrit pas mal d’articles. 

 

Quelle importance donnes-tu aux réseaux sociaux? Si on regarde ta page Facebook, tu sembles plutôt réservée pour une jeune fille de ta génération.

 

C’est vrai, je suis réservée, mais je comprends l’importance des réseaux pour la visibilité des sponsors et le contact avec les fans.

 

Cela peut aider des jeunes à prendre conscience que tout est possible. Quand j’avais 15 ans, jamais je n’aurais imaginé devenir championne du monde, on peut donc donner de l’espoir, en particulier aux filles qui se lancent en XCE, une discipline pas évidente.

 

Question indiscrète, l’homme que tu épouseras devra forcément être un cycliste ou cela n’a pas vraiment d’importance?

 

(sourire) Pas facile de répondre. Je pense que ça peut être bien qu’il partage cette passion ou qu’il la pratique, mais ce qui compte, c’est qu’il la comprenne.

 

Il ne devra pas forcément faire du vélo ou l’aimer, mais il faudra qu’il comprenne que je ne sois pas là en raison d’une compétition, d’un stage ou que je ne puisse pas sortir le soir tard parce que je suis fatiguée après un entraînement…Mais il y a des compromis et des efforts à faire chacun de son côté.

 

 

 

Quels pneus Continental montes-tu sur les courses?

 

Cross King devant, Race King derrière, comme les garçons du club. Mais précisons que je les prends en version renforcée, ProTection.

 

Ces pneus me conviennent, ils adhèrent bien. Je n’ai crevé qu’une fois. On a l’impression que ces pneus ne crèvent jamais, c’est dingue.

 

La pression? Je gonfle à 0,9 ou 1 bar, aux championnats du monde j’avais mis 1,1 et 1,2 parce que le terrain était différent, mais quand c’est bien meuble je ne gonfle pas énormément.

 


PS: vous pouvez suivre Coline Clauzure sur sa page Facebook ou son profil Instagram

Tags:

Facebook
Twitter
Please reload

 ARTICLES RECENTS
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Guyonneau Distribution France